Archives du mot-clé Richelieu

de Finis Gloriae Mundi

Tombeau de Mazarin

Membre de l’Institut, Fulcanelli eut largement le temps de méditer sur le cénotaphe du cardinal Mazarin. Œuvre des sculpteurs Coysevox, Tuby et Le Hongre, le monument funéraire de Mazarin ne fut terminé qu’en 1693, soit plus de trente ans après sa mort. Initialement prévu pour être érigé au centre de l’édifice, sous la coupole, le cénotaphe trouva place dans une chapelle latérale. Le monument a été remis à son emplacement d’origine en 1961. On y retrouve les thèmes habituels des allégories comme pour le tombeau de François II à Nantes avec en plus un sujet qui devait faire l’objet d’un ouvrage resté inachevé : le Finis Gloriae Mundi et son légendaire Boule Versement du Monde.

En face du Louvre, auquel il est relié par la passerelle piétonne du pont des Arts, le palais de l’Institut offre une belle perspective. Cet édifice est né de la volonté (et de la fortune) d’un homme : le cardinal Jules MAZARIN (Giulio  Mazarini : 1602-1661), qui poursuivit auprès du jeune Louis XIV l’affirmation de l’absolutisme royal développé par son prédécesseur Richelieu auprès de Louis XIII.

A la fin de sa vie, soucieux de perpétuer la gloire de son nom, Mazarin décida l’édification d’un édifice aussi prestigieux que ceux laissés par son prédécesseur et son modèle, Richelieu, qui avait fait construire la chapelle de la Sorbonne et le palais Royal. Ainsi lègua t-il par testament au jeune Roi Louis XIV une somme importante (plus de deux millions de livres) pour l’édification d’un collège, destiné à recevoir soixante jeunes nobles venus des quatre provinces conquises sous le ministère de Mazarin, rattachés à la France par les traités de Westphalie (1648) et des Pyrénnées (1659) : Artois, Alsace, Pignerol et Catalans du Roussillon et de Cerdagne. Il devait donc porter le nom de Collège des Quatre-Nations. En plus de ce collège, Mazarin voulait que l’établissement contînt une Académie où l’on enseignerait escrime, équitation et danse. Enfin, son tombeau devait reposer dans la chapelle de ce bâtiment, tout comme celui de son modèle, Richelieu, se trouvait dans la chapelle de la Sorbonne.

fulcanellirdefinisgloriaeMazarin s’éteignit au château de Vincennes. Sa dépouille et son cœur restèrent en dépôt provisoire dans la Sainte-Chapelle du château de Vincennes.

La réalisation du collège fut confiée à Le Vau, premier architecte du Roi, protégé de Colbert, et approuvé de Mazarin de son vivant. Les travaux débutent en 1663, ceux de la chapelle en 1664. Ils avancèrent très lentement, et quand l’architecte mourut en 1670, il n’était pas achevé et ne le furent que deux ans plus tard. La bibliothèque colossale de Mazarin déménagea dans l’étblissement, la fameuse bibliothèque mazarine, qui selon les dispositions de Mazarin fut ouverte deux jours par semaine au public.

Enfin, les restes de Mazarin furent transférés dans la chapelle en 1684, tandis que son coeur était déposé dans la chapelle du couvent des Théatins de Paris dont il avait été le fondateur. Celle-ci se trouvait à l’emplacement actuel du quai Voltaire : détruite, il n’en reste plus rien, et il en est de même du coeur de Mazarin. Sous la Révolution, les cendres de Mazarin furent jetées à la voirie tandis que le tombeau et tous les emblèmes de la monarchie et de la religion étaient détruits. Alexandre Lenoir (toujours lui) parvint à récupérer et à reconstituer ce tombeau dans son Musée des monuments français. Par la suite, il rejoignit le Louvre où il demeura jusqu’en 1964.

En 1806, Napoléon fit transférer dans ce bâtiment l’Institut de France, résultant de la fusion en 1795 des cinq académies (Académie française, Académie des inscriptions et des belles lettres, Académie des sciences, Académie des Beaux-Arts et Académie des sciences morales). Il prit alors le nom qu’il a gardé jusqu’à nos jours, le Palais de l’Institut. Siège de l’Académie française, c’est sous la coupole de la chapelle que se déroule la cérémonie solennelle de présentation des nouveaux membres.

ban_trilogie2

Publicités

Le Feu du soleil et la baronne de Beausoleil (2)

cahier_feu_dusoleil1Cahier spécial sur la conquête du feu solaire par Fulcanelli à l’occasion de son ascension du Mont Blanc, suivi d’un commentaire sur l’entretien tenu entre Eugène Canseliet et Robert Amadou en 1978 à propos de Fulcanelli. Dossier sur l’étrange épopée du Baron et de la Baronne de Beausoleil à la recherche du Guhr … ou des Mines de Salomon aux mines de Bohême en passant par la France et la Bastille ! En hommage à une femme pionnière de l’industrie française qui fit connaitre les richesses de son sous sol (toujours d’actualité).

Lire la suite Le Feu du soleil et la baronne de Beausoleil (2)

Le Feu du soleil et la baronne de Beausoleil (1)

pierre_routhierLe Feu du soleil serait incomplet sans la singulière histoire du baron et de la baronne de Beausoleil. Cette histoire est liée à l’histoire des mines en France (aurifères et argentifères et a pour cadre la cardinal de Richelieu si bien nommé par ailleurs Riche Lieu !..

Au début du XVIIe siècle, le baron de Beausoleil, Conseiller et Commissaire des Mines de Hongrie, s’est vu confier, à plusieurs reprises, des missions officielles en France, afin de procéder à diverses recherches dans le but d’établir un état des ressources minières du royaume. Les résultats des travaux conduits en France par le baron et son épouse nous sont connus par plusieurs publications reproduites dans l’ouvrage de Gobet (Les Anciens Minéralogistes du Royaume de France) édité en 1779 : le Diorissimus de materia prima lapidis (1627), la Véritable déclaration de la découverte des Mines et Minières de France (1632) et surtout la Restitution de Pluton, éditée à Paris en 1640, et qui pose quelques problèmes. En effet si l’édition de 1640 ne cite que deux mines en Bretagne « une mine d’améthiste, proche de la ville de Lannion, comme aussi une mine d’argent », le texte publié par Gobet donne une liste impressionnante de gisements. Or Gobet dit avoir ajouté au texte de la baronne de Beausoleil un manuscrit que lui avait communiqué le minéralogiste français Romé de Lisle vers 1778, qui le tenait lui-même d’un médecin breton, Monsieur de la Rüe. Divers indices tendent à montrer que la partie ajoutée par Gobet au texte original de la Restitution est probablement dûe aux Beausoleil et qu’elle correspond à l’un des manuscrits perdus par les Beausoleil lors de leur séjour mouvementé en Bretagne.

Lire la suite Le Feu du soleil et la baronne de Beausoleil (1)