Archives du mot-clé Le Chat Noir

Jules Verne et Fulcanelli R+C

julsverneviolle
Robur le Conquérant à lire comme R+C

Par bien des points, ces deux hommes au travers de leurs voyages extraordinaires réciproques purent confronter leurs idées et expériences, mais sait-on seulement qu’ils avaient en commun au dessus de tout, la passion du plus lourd que l’air et c’est en hommage à ces deux hommes que lors de la création de la première compagnie française de transport aérien la crevette, une sorte d’hippocampe fut adoptée comme blason de la compagnie … Nous aurons l’occasion de développer plus en avant ce sujet dans le troisième volume de notre Opus.

Lire la suite Jules Verne et Fulcanelli R+C

Publicités

Le chat noir et les arts (3)

rodolphe_salis_cn

L’activité du premier Chat Noir est intimement liée aux événements historiques qui l’entourent, représentant une sorte de pause créative entre l’amnistie des Communards (1880) et les premières turbulences de l’affaire Dreyfus (1894-1898). Le choix du lieu par Rodolphe Salis revêt une importance particulière : aux pieds de la Butte sacrée, le boulevard Rochechouart représente le trait d’union idéal entre les artistes montmartrois et le public bourgeois, qui peut facilement y accéder. Montmartre devient ainsi le centre de la culture hors de la tradition savante pro­prement dite.

Bien que le cabaret le plus ancien soit Le Cabaret des assassins, plus connu sous le nom de Lapin à Gill (ensuite Lapin Agile), c’est le Chat Noir qui marque l’esprit du temps. Sans revenir ici sur son histoire – voir notamment les études de Martel Oberthür–, nous voudrions plutôt attirer l’attention sur l’aménagement du lieu, car ce dernier influence le rapport entre le chansonnier et son public.

Étant donné les dimensions relativement exiguës de la salle (3,5 x 4 mètres), Salis soigne principalement l’aspect visuel, en confiant au peintre Adolphe Willette le soin de plu­sieurs réalisations, parmi lesquelles, rappelons-le, le vitrail La Vierge verte’, caractérisé par un symbolisme décadent, et le célèbre Parce Domine (cat. 8, p 86) qui, après avoir décoré le premier et le second Chat Noir, est aujourd’hui conservé au musée de Montmartre. Le reste du décor se compose d’une pacotille vaguement Louis XIII, constituée d’objets et de mobilier de récupération.

Les tables et les chaises, très inconfortables, obligent le public à se mélanger aux artistes présents sur scène, si l’on peut nommer de cette manière le petit cagibi surélevé de trois marches. De cette façon, plus aucune distance n’existe entre l’acteur chanteur et le public, qui participe au spectacle, tout en en devenant une composante fonda­mentale.

La chanson montmartroise est ainsi au sommet de l’ex­périmentation du genre,  suspendue entre l’innovation for­melle et la continuité d’une tradition musicale qui, partant de l’opérette, plonge ses racines dans l’exotisme de l’argot. Les artistes à énumérer sont fort nombreux, outre ceux déjà nommés comme faisant partie des Hydro­pathes, nous puvons citer  : George Auriol, Maurice Boukay, Charles Cros, Paul Delmet, Maurice Donnay, Georges Fragerolle, Jean Goudeski, Vincent Hyspa, Eugène Lemercier, Jean Richepin, Pierre Trimouillat et bien d’autres…

Steven Moore Whiting a déjà souligné les diverses typo­logies de chanson qui caractérisent la production du Chat Noir entre sa création (1881) et la mort de son fondateur (1897)8. Il les a distinguées comme suit : chanson réaliste, sentimentale, satirique et macabre. La production musicale qui a vu le jour au Chat Noir s’impose par sa nouveauté : dans le choix des sujets, mais aussi dans l’attitude de l’interprète, souvent auteur de la musique et du texte.

Parmi ces figures, celle de Maurice Mac-Nab mérite une attention spéciale, notamment pour le fort accent politique et social de ses compositions. C’est au Chat Noir qu’il trouve son épanouissement. Le caractère impertinent de la Butte et ses tendances anarchisantes permettent à Mac-Nab de transformer sa raillerie sociale en ironie macabre. Dans L’Omnibus de la préfecture, son ton satirique est au service d’un rapin qui voyage dans une voiture originale :

« Quand j’veux ménager ma chaussure. / Pour me ballader [sic] j’ai choisi / l’omnibus de la Préfecture ! » Dans L’Expul­sion, c’est un cri revanchard que Mac-Nab hisse contre les puissants et les riches :

«Moi, j’vais vous dire la vérité : / Les [sic] princ’il est capitalisse, / et l’travailleur est exploité, / c’est ça la mort du socialisse ! […] Pour que l’mi­neur il s’affranchisse /Enfin, qu’tout l’mond’soye expulsé/ il rest’ra plus qu’les anarchisses ! »

Les deux plus grands interprètes de cette nouvelle tendance, qui apparente la construction du personnage scénique à l’exigence renouvelée des affiches, sont Aristide Bruant et Yvette Guilbert. Le rendu visuel de la chanson devient ainsi la meilleure façon de se faire connaître.

les_cahiers_1

Commander les cahiers ici