Archives du mot-clé Camille Flammarion

Le message d’Orion dans le Finis Gloriae Mundi


fulcanelli pyramide 1Il y a une quinzaine d’années (en 2000] nous avions laissé fuité comme on dit et de façon bien imprudente certaines informations relatives au synopsis du Finis Gloriae Mundi trouvé au domicile de son disciple et consignée par Jean Laplace. Yves Artero les avait aussitôt reprises sur son blog (sources de mon site prismeshebdo mais disparu aujourd’hui). Dans cette divulgation une erreur avait été commise et elle fut répétée également à des milliers d’exemplaires via la propagation des réseaux. Il convient à présent d’en toucher un mot mais voyons les faits.

Lire la suite Le message d’Orion dans le Finis Gloriae Mundi

Fulcanelli à Bourges : à la rencontre de l’Adepte

logo_colloque_nov

Depuis plus de 90 ans les charlatans, illusionnistes et autres escrocs en herbe ont pu se jouer de la vérité mais il n’est de vérité qui ne finisse par percer. Le 9 et 10 Novembre 2014 auront lieu à Bourges deux journées consacrées à l’adepte avec plusieurs conférenciers dont votre serviteur afin de porter à la connaissance d’un public éclairé les éléments de  ce dossier. Un épilogue qui trouvera ici dans ce lieu particulier sa juste conclusion, car c’est en effet à Bourges que les deux jeunes agrégés fraichement promus firent leurs premiers pas. Nous en profiteront pour rendre un hommage à l’ami de toujours que fut Edouard Branly qui eut la chance de vivre bien plus longtemps puisqu’il ne décéda qu’en 1940 soit 17 ans après son plus jeune collègue. Leur amitié date de leurs années d’études passées ensemble à l’Ecole Normale Supérieure et leurs relations fut décrite par sa fille Jeanne Terrat-Branly au travers de belles pages évoquants les liens intimes qui unissaient aussi ces deux familles de grands catholiques.

Edouard Branly, l’ami de toujours. Né à Amiens le 23 octobre 1844 et mort à Paris le 24 mars 1940, est un physicien et un médecin français. Il découvre le principe de la radioconduction et celui de la télémécanique. Il est l’un des précurseurs de la radio. En quelques mots la présentation dans Wikipedia de cet homme à la source de bien de nos appareils sans qui nous ne serions pas ce que nous sommes ! Ils ont bien des choses en commun notamment l’étude de la conductibilité des plaques métalliques, les effets sur le platine et en général l’étude des phénomènes électrostatiques dans les piles. Tous sujets dont son ami et collègue Jules Violle alias Fulcanelli tirera les conclusions sur un plan opératif et hermétique.
Canseliet se souviendra toujours des propos du Maitre sur les « ondes célestes » et les interférences  ! … sans doute un souvenir contagieux du Maître évoquant les difficultés de son ami à mettre en place ses premières expériences de TSF à partir de son laboratoire de la rue Vaugirard à l’Institut Catholique à l’époque un haut lieu des sciences expérimentales.

Edouard Branly obtint son premier poste à Bourges ce qui permettait au futur adepte de le rejoindre à partir de Dijon. Plus tard ils se retrouvèrent à Amiens et entre temps Fulcanelli avait de son côté obtenu un poste auprès de son initiateur, le grand Louis Pasteur, comme préparateur de ses expériences On trouve dans la correspondance des épouses des passages émouvants et on apprend à quel point Fulcanelli fut d’une aide précieuse pour son ami à l’occasion de l’élaboration du célèbre « cohéreur » ou « radio conducteur ».. Aujourd’hui nos ordinateurs et téléphones ne fonctionneraient pas ou ne seraient pas là sans ce grand homme ! et on du mal à imaginer à quel point tous deux  furent déterminants et importants ..

amphiteatreGrand amphithéâtre des sciences à Bourges où se tiendront ces deux journées.

à la rencontre des adeptes  : 9 et Novembre 2014, un rendez vous à ne pas manquer depuis le colloque de 1999.

Réservation et inscription ici (dans la limite des places disponibles car beaucoup de personnes sont attendues)

à la rencontre de l’Adepte : un événement attendu depuis plus de 75 ans !
pdf

Les vacances charentaises de Jules Violle alias Fulcanelli

charente

Ici en grand père heureux avec ses petits enfants dont Lucie

C’est en Charente maritime que le savant aimait venir se reposer avec ses enfants et petits enfants. Sur la carte ci dessous nous avons reporté en bleu les lieux professionnels, puis en rouge les sites décrits dans les »Demeures philosophales » à l’exception de deux cercles jaune : Hendaye et Dammartin sur tigeaux. La carte en haute résolution sera présentée dans l’ouvrage en préparation pour Mai 2014. La voiture étant rare on peut imaginer que c’est en train que ce petit monde se déplaçait, une carriole ou guimbarde venait ensuite les chercher à la gare avec les malles. Une simple statistique (incontestable) montre un épicentre en provenance de Dijon englobant Langres et ses alentours, puis Paris. Entre Paris et Dijon il existe une myriade de petits points à reporter dans un triangle Sens, Auxerre et Chaumont (notes et références) et c’est un peu normal puisque ce triangle est équidistant de Paris et du domicile natal. En général le lieu de villégiature se situait sur la côte atlantique et c’est ainsi que le Maître pu vérifier  ou nouer des contacts avec les propriétaires ou autres conservateurs : Dampierre sur Boutonne, Nantes, Saintonge, Terre neuve, Saint Hilaire de Melle etc … Nous aurons l’occasion d’y revenir. Les indications données par le disciple auto-proclamé Canseliet sont à mettre en rapport avec Julien Champagne mais ne concerne en rien l’Adepte qui ne se rendit à Marseille qu’une seule fois pour embarquer. Il s’agit de son expédition africaine relaté dans le cahier no 3.

ps : cette carte n’est pas complète car il nous restait à signaler le chevalier ornant le porche de l’église Saint Hilaire de Melle située à Poitiers et situé exactement sur le parcours Dijon La Rochelle.

topographie_fulcanelli

Cliquer sur la carte pour agrandir


commander_cahiers

Poursuivre ici

Cahier Fulcanelli no 1

cahier_no1Cette série de cahiers entend répondre aux nombreuses questions laissées en suspens par son disciple Eugène Canseliet qui a pourtant donné de son vivant de nombreuses clés. Premier d’une série de 5 cahiers, ce cahier donne les premières clés pour la compréhension de l’un des plus grands mystères de cette fin du XIXème siècle et début du XXème siècle. On trouvera dans ce cahier une biographie succincte de l’Adepte et un aperçu de ses principaux travaux avec une table de plus de 200 références. Introduction et commentaire de JK sur la loi « Antifer » … la réception de l’oeuvre par son disciple Eugène Canseliet. Chaque cahier comprend environ une cinquantaine de pages avec des photos inédites.

 » Une vérité dérangeante ? Une vérité qui choque ? non ! mais une vérité en marche… et j’espère qu’à la lecture de ces cahiers vous convaincre qu’une autre lecture de l’œuvre de l’Adepte est possible et nécessaire. La méconnaissance de l’être incarné – de chair et de sang – au seul profit d’un corpus littéraire abstrait ne permet pas d’aborder convenablement le message qui nous a été confié. C’est donc à un exercice de lecture ou re-lecture que je vous convie. Car au détour d’une ligne, d’un paragraphe, d’un sujet c’est aussi toute la vie de l’homme de science qui resurgit et la méconnaissance de l’homme empêche de voir la profondeur et l’humanité de celui qui nous ouvre les pages du grand livre de pierre. Dès l’introduction du « Mystère des cathédrales », l’Adepte au seuil de son oeuvre magistrale nous confie à la fois son émotion et les lieux de son enfance : il suffisait de se baisser pour ramasser ! « 

les_cahiers_1

 Pour commander, cliquer sur l’image

Cahier Fulcanelli no 4 : les liaisons dangereuses

couv_recto5Les liaisons dangereuses : qui a dit que l’Alchimiste devait se cacher et vivre en reclus dans son légendaire laboratoire ? Il n’en est rien et si homme publique il y a eut c’est bien en la personne du Maître qui n’a jamais économisé ses efforts en vue d’une haute conception de la Science. On le verra donc ici en compagnie de ses Maitres, disciples et condisciples. Sans oublier que ses blasons figurent dans les salons d’honneur de la Présidence de la République et feront l’objet d’une publication exceptionnelle à l’occasion de la commémoration des 90 ans de sa disparition.

Ce n’était pas l’embarras du choix et il nous a fallu trier afin de ne retenir que les figures les plus marquantes dont on retrouve des échos en filigrane dans son oeuvre : nous avons choisi Pierre et Marie Curie déjà mentionnées par le disciple Eugène Canseliet, puis Antoine d’Abbadie qui lui fit découvrir la croix cyclique d’Hendaye. Un point est également fait sur ses deux maitres, à savoir Jean-Baptiste Dumas et Louis Pasteur, tous deux l’initiant aux travaux de laboratoire.

Commander les cahiers    Télécharger le bon de commande au format PDF

Cahier Fulcanelli no 3

couv_recto3Un été au Sahara

Très beau récit de son voyage au Sahara afin d’y effectuer de nouvelles mesures dans sa quête solaire. Ce sera aussi l’occasion pour lui de faire la connaissance de ses premières pyramides. Avec ce troisième cahier nous entrons dans l’intimité du savant. Publié pour la première fois ce voyage au sahara vous emportera par le lyrisme de son récit qui donne un aperçu de  la plume de notre normalien. En supplément ses travaux et notes sur les points de fusion des métaux, ses recherches sur son « cher platine » et des textes « en miroir » avec l’oeuvre littéraire connue (Mystères des cathédrales et Demeures Philosophales) sous son nom d’Adepte de l’Art Royal

 

Commander en ligne le pack complet des cahiers

Cahier Fulcanelli no 2

couv_recto2L’expédition du Mont Blanc :  à la conquête du Soleil sur le toit de l’Europe

Ce second cahier s’ouvre avec le récit spectaculaire de la première expédition du Maitre au Mont Blanc (1875) en vue d’éprouver sa théorie du rayonnement solaire. C’est sans doute avec l’expédition du genevois Saussure, la seule expédition scientifique du Mont Blanc de cette fin de siècle. Les autres expéditions passées et à venir n’auront que des préoccupations topographiques (relevé de frontière entre la France et l’Italie).  On y retrouvera la genèse des préoccupations qui figureront dans les pages des Demeures Philosophales. 40  pages et illustrations du fameux calorimètre porté à dos d’hommes jusqu’au célèbre sommet. Un récit à la fois épique et des considérations qui montrent les préoccupations à venir sur certains points de la Haute Science. En supplément :   » L’oeuvre scientifique de M. Edmond Becquerel » (leçon d’ouverture au cours de physique 1892)

 

les_cahiers_1